2012-2

2 ème mission 2012

La deuxième mission de terrain de l’année  se déroule du 21 octobre au 26 novembre 2012. MADHER TIBERGUENT

Après avoir procédé aux achats programmés à Nouakchott (fenêtres, portes, peinture, accessoires sanitaires, petits outils, etc..), nous pouvons arriver sur le terrain dès le 23 après midi.

La première impression est bien différente de celle vécue en mai : accueil, questions, propositions de participation d’un nombre significatif de villageois. Le temps d’organiser les priorités et de négocier un contrat de prestations avec Bahah, chef du village de Seguelill, pour réaliser les arcades du péristyle dans un temps limité , le chantier peut reprendre vie dès le 25 octobre.

 Les services de Sid Ahmed dit « le Bombé », maçon dans ce secteur sont contractualisés pour constituer une deuxième équipe de maçons à coté de celle animée par le président. Le village fourni de trois à 5 manœuvres selon les jours. Sid Ahmed fait rapidement avancer le chantier ce qui permet d’aller acheter les derniers matériaux à Atar, de confier les travaux préparatoires à Abdeï soudure et de poursuivre le déplacement les 3 et 4 novembre jusqu’à Graret Leghtar (Zarga) pour faire les métrés et identifier les besoins du futur chantier de réhabilitation du bâtiment scolaire rénové en 2009 qui est destiné à devenir un poste de santé, en accord avec les autorités et en conséquence de la convention signée avec le Ministère de la Sante de la R.I.M.

 Nous pouvons aussi constater que le souhait d’un collectif de femmes de créer un jardin d’enfant a commencé à prendre forme, de manière un peu décousue certes mais la prise en main même parcellaire existe. Nous remettons donc du matériel d’éveil et des jouets à M’BARKA pour les enfants du jardin. Un projet de lieu d’accueil est discuté et fera l’objet de plan et d’insertion dans nos programmes d’actions 2013-2014, après avis du Conseil d’administration et vote en Assemblée Générale.

 De retour au village, tous les objectifs fixés à Sid Ahmed sont remplis, voir dépassés. Le dernier chainage au dessus des fenêtres et des portes est en cours de coulage. Les piliers du péristyle sont montés en pierres posées, renforcées par un cœur de béton. Les moules pour monter les arcades sont enfin livrés par Bahah, qui gère son équipe « à la Mauritanienne » c’est-à-dire que l’on prend près de 6 jours de retard entre les absences, le travail mal fait qui nécessite de le casser pour le refaire et autres manquements aux règles qui permettent un travail efficace et convenable.

 endant ce temps, les tubes métalliques soudés et renforcés sont placés pour constituer la charpente. Les deux passages latéraux couverts par une liaison reliant le péristyle au bâtiment principal sont montés en pierres posées renforcées par du béton armé, mais c’est Philippe qui s’en charge pour compenser l’inefficacité de Bahah.

Nous allons attendre trois jours que Bahah soit enfin arrivé à lever son mur de pierres au niveau des poutres pour pouvoir les sceller et, le 21 novembre, la pose des premières plaques de fibro ciment constituant le toit commence. Quelques erreurs de niveaux et de gestion des intervalles n’empêchent pas d’avancer, mais le vent violent dès le 22 oblige à stopper la pose des plaques pour ne pas les casser mais surtout éviter un accident pour nos amis en équilibre sur les poutres à plus de trois mètres de haut.

 Etat des lieux –

Le retard pris en mai a été rattrapé. Nous sommes dans les bornes du calendrier prévisionnel initialement prévu.

Après le départ de Philippe le 24 novembre pour Nouakchott, .Sid Ahmed a rempli son contrat et terminera la pose des plaques le 26. Le bâtiment est « hors d’eau », le péristyle est en place, les jonctions latérales sont faites, démoulées et esthétiquement réussies.

 En revanche, le contrat de Bahah n’a pas été respecté : retard de réalisation, et travail de finition bâclé sous les arcades, arcades de liaison entre le péristyle et le bâtiment principal pas fait (c’est le président qui s’en est chargé). La demande contractuelle de ne voir que des pierres apparentes n’est pas respectée. Les pénalités prévues au contrat seront donc appliquées.

 Un nouveau contrat est signé avec Sid Ahmed « le Bombé » pour poursuivre les travaux qui devront être terminés pour le 1er mars 2013 :

– Pose de l’isolation du toit : tapis de feuilles de palmiers, banko, deux rangs de « briques », 5 gargouilles,

– Scellement des bas de porte en métal (protection des passages de portes) & fixation des portes et fenêtres,

– Scellement des portes et fenêtres,

– Crépis intérieur de la classe et de la réserve, Crépis du mur extérieur sous le péristyle,

– Coulage de la dalle dans la classe et le réserve après pose d’un treillage en fer à béton,

– Montage des deux estrades façade et surface en pierres,

– Coulage et habillage de la terrasse sous les arcades de la même façon que les estrades,

 Ensuite, reprise du premier contrat, réalisation des deux sanitaires (Filles/Garçons).

Sur le plan budgétaire, les dépenses supplémentaires (briques, ciment, pierres, transports) nous retirent la possibilité de construire une bibliothèque neuve pour rester dans l’enveloppe prévisionnelle initiale.

  Projection 2013

Lors de la prochaine mission, il restera à faire les finitions : pose et connexion du système électrique photovoltaïque, pose des tableaux apportés de France, peinture dans la classe et la réserve, pose du carrelage au sol, décoration des murs avec le concours des enfants (les thèmes ont été soumis au directeur qui doit en choisir deux ou trois), montage du mobilier, livraison et installation des manuels scolaires, livres et autres supports pédagogiques dans la réserve.

 Le challenge est en passe d’être tenu : permettre aux enfants de s’installer dans leur nouvelle école à la rentrée 2013.

 L’habillage des murs en pierres pour renforcer l’isolation sera mené en parallèle, la priorité étant d’installer les enfants et l’enseignant dans de bonnes conditions.

Il faudra aussi étanchéifier le toit de l’ancienne classe pour permettre les finitions (carrelage, crépis, peinture, l’installation et l’équipement de la bibliothèque : pose d’étagères, informatique, livres, dictionnaires, encyclopédies (amenées par camion en Novembre 2011).

 La mission en photos sur les pages « témoignages en images « 

Expositions & témoignages :

Le 1er septembre à Arpajon et le 8 septembre à La Norville, l’association a présentée ses activités, ses projets, les réalisations effectuées depuis 6 ans et en particulier le transport de 40 M3 de frêt humanitaire en 2011 et le démarrage de la construction de l’école à madher Tiberguent en mai de cette année.

 C’est sous la tente nomade que nous avons accueilli nos visiteurs à Arpajon. Chacun a pu déguster le fromage de chamelles, les confitures de dattes (récoltés à El Mehda et Agueny), le thé à la menthe et les confitures. Les objets d’artisanat et les petits bijoux achetés aux femmes dans le désert ont eu du succès.

A la Norville, le stand plus classique a reçus plus de 130 personnes. En plus des produits déjà proposés à Arpajon, les macarons aux dattes ont été appréciés.

Un grand merci à GG, Elodie, JF, Kev, Philippe venu de Limoges, et Marie-Hélène .Un grand merci aussi aux équipes municipales des deux communes qui ne ménagent jamais leurs efforts pour permettre un bon déroulement des ces forums. 

1ere mission 2012 : Construction de l’école de Madher Tiberguent

La petite classe actuelle ne peut pas accueillir tous les enfants du village (32) et a besoin continuellement d’être consolidée.

Le projet prévoit la construction d’une classe de 12 m sur 6, d’un local de rangement du matériel pédagogique, du bureau du directeur, d’une bibliothèque et de deux toilettes. L’équipement de la classe est déjà sur place (voir missions 2011).

Les autorités ont été associées au montage du projet et ont pu valider le concept porté par l’association. Les villageois devaient quant à eux apporter la main d’œuvre et des matériaux « du terroir ».Nous avons acheté une partie des matériaux de construction à Nouakchott (plus de choix et des prix moins élevés), le reste a été pris à Atar.Les tubes métalliques ont été soudés à l’atelier ABDEÏ Soudure, qui a fait un excellent travail tout en nous faisant une importante remise pour nous remercier de ne pas laisser tomber son pays.

DÂH, a lui aussi tenu compte de notre implication sur le terrain et a assuré le transport par semi-remorque de plus de 62 tonnes de matériaux.

Une réunion a eu lieu devant l’école pour présenter en détail le projet, le chantier qui allait commencer et les enjeux. De nombreux villageois étaient présents, beaucoup, découvrant les besoins qui étaient pourtant connus du chef de village depuis plus d’un an. Une explication « franche et directe » a eu lieu afin que les responsabilités de chacun soit clairement établies et connues de tous.

Le 30 avril, les premiers coups de pioches et de pelles permettaient de niveler le terrain. Marquage au sol, creusement des fondations, scellement des poteaux de renfort des murs, pose des parpaing (« briques ») se sont succéder durant plus de trois semaines.

Le Hakem d’Atar, l’IDEN d’Atar, le Sénateur d’Atar ont tenus à passer voir le chantier et s’enquérir de la santé du Président compte tenu de la forte chaleur continue durant cette période. Ils ont pu appréhender concrètement le futur bâtiment et ses fonctionnalités.

Les femmes du village se sont mobilisées pour, faire le thé, apporter le zrig (lait de chèvres ) ou les petits en-cas bien sympathiques au moment des pauses.. Chaque midi, une famille différentes nous accueillait permettant ainsi de varier le menu unique servi d’habitude (chèvre-couscous).

 Le manque de bras courageux a ralenti le creusement des fondations comme il a fait prendre du retard à l’érection des murs. Mais Abdoulaye Bouamou est venu depuis Chinguetti nous prêter main forte durant 4 jours et la petite équipe régulière; Ely Salem (Président des parents d’élèves), Salymona et Abdi constituée autour du président de l’association a relevée le défi avec bonne humeur et volonté de permettre aux enfants d’être scolariser correctement dès 2013.

 Durant les travaux, les cours ont été dispensés par Maloum, le directeur de l’école et très efficace délégué de l’association. Les exercices de Français et de maths ont pris un tour très pratique puisque basés sur certains aspects du chantier contigüe à la classe.

 A la fin de la mission, 50% du bâtiment est érigé. La prochaine mission devrait permettre de le mettre hors d’eau et de poser l’isolation du toit. Le maçon local, « le Bombé » qui souhaite s’impliquer a reçu les consignes pour creuser la fosse septique et monter les murs des toilettes. Nous ferons les finitions ensemble.

Il nous reste à financer :

–  pour la classe: l’achat des fenêtres et des portes, du carrelage pour la classe, l’approvisionnement en sable, gravier et fer à béton,

 – pour la bibliothèque, les poutres du toit, l’isolation, les fenêtres et la porte, le carrelage

– pour l’ensemble scolaire, le système photovoltaïque, la peinture