2014-2

2eme mission 2014 :

L’objectif était de mener à bien la rénovation d’un bâtiment déjà consolidé en 2009 qui devait servir d’appoint aux instituteurs pour les cours de remédiation ou d’alphabétisation des femmes du village.

La mission & les travaux :


ZARGA

 

Après une seule journée à Nouakchott, nous partons directement pour Graret Leghtar afin de faire un choix des 2 options proposées par Maloum et le village suite à la mission qu’il a reçu du président d’évaluer d’autres options que celle initialement arrêtée.
En effet, depuis deux ans, le projet se base sur l’utilisation d’un bâtiment rénové par l’ONG pour assurer des cours du soir et l’alphabétisation des femmes du village en dehors des heures scolaires. Le directeur de l’école n’a jamais respecté ses engagements en la matière et s’est approprié le local à des fins personnelles.
Les discussions avec les autorités ont toutes abouties à un accord pour transformer ce bâtiment en accueil santé, en particulier à travers une convention signée avec le Ministère de la santé. Seul le DREN, ne répond à aucune des questions (quand nous pouvons le trouver dans son bureau) et met un malin plaisir à poser des problèmes et des pseudos barrages réglementaires (dont il est incapable de nous fournir les pièces justificatives) à notre activité. Son jeu politique et ses protections occultes trouvent là une illustration édifiante de l’absence de sens du service public et de respect des bonnes volontés venus de l’étranger pour aider au développement de la RIM.
La décision est prise de ne plus utiliser le bâtiment scolaire, qui compte tenu de l’attitude du DREN ne sera plus entretenu par l’ONG, c’est au propriétaire d’assumer ses responsabilités donc à l’Education Nationale Mauritanienne. 

Une pièce au bord de la piste qui traverse le village, à environ 200 mètres de l’école est retenu.
Attenante à une boutique, ce bâtiment est sain, avec une surface de 5m x 4m, deux portes dont une à changer, une ouverture à l’abri du vent et une isolation (banko & palmier) en bon état. 

Nous repartons à Atar pour :
– Signer l’acte notarié, nous transférant la propriété du bâtiment.
– Acheter les matériaux pour effectuer la première tranche des travaux.

Le 21 décembre, le chantier démarre. Les volontaires du village ne font pas défaut et seront même parfois trop nombreux certains jours. En 8 jours, la 2eme porte est murée en partie, le crépis intérieur est refait, la dalle de sol est coulée, le renforcement des bords de toit est fait, le tableau mural est fixé, la terrasse devant le bâtiment est réalisée et la peinture intérieure terminée.

Dans la nuit du 28 au 29, le père d’Alia fait plus de 5 Km dans le désert pour venir à la case où nous sommes logés. Sa fille est malade, elle a mal et ne répond plus. Nous partons au village et le président constate qu’elle respire mal, elle a des convulsions, les yeux révulsés, le ventre extrêmement dur et une tension à plus de 20. La décision est rapidement prise de l’emmener à l’hôpital d’Atar distant de 50Km (de piste). Dès que nous avons le réseau téléphonique, le directeur de l’hôpital est alerté et à notre arrivée, 20 mn plus tard, l’équipe médicale la prend en charge. En situation d’éclampsie, l’urgence de soins est devenue vitale. Malheureusement le bébé ne survivra pas mais Alia sera sortie d’affaire après 72h de forte inquiétude.
je dois rendre hommage à l’équipe médicale pour sa mobilisation remarquable et en particulier à l’efficace Directeur de l’Hôpital d’Atar pour sa réactivité et sa disponibilité dès que nous le sollicitons. Durant cette journée, Maloum et Djah, le maçon ont continué le travail.
Dès le 29 en fin d’après-midi, le carrelage est fini de poser.
La porte et les volets de protection sont renforcés, des plaques de plexiglass sont fixées par joints silicones pour laisser passer la lumière et un muret de pierres est construit sur la partie de terrain attenant au local de santé délimitant l’espace santé et permettant aux patients d’attendre leur tour assis.
La première phase de travaux est terminée le 31 au soir
.
 CHINGUETTI
Nous nous rendons à Chinguetti pour faire un compte rendu verbal de la mission et des travaux au Hakem (Préfet), DASS, maire et au Commandant de Gendarmerie du secteur qui était venu à Zarga pour voir si tout se passait bien.
Le président a présenté les réalisations à l’hôpital de Chinguetti et en particulier à Amanda, médecin Américaine et responsable d’une ONG traitant des problèmes de dénutrition des enfants.
La collaboration de nos deux ONG parait en bonne voie puisqu’Amanda et son équipe pourront utiliser le poste de santé de Graret Leghtar dès son ouverture courant 2015 et ainsi ne plus être en proie aux dissensions internes au village. La possibilité d’emmener un soignant avec nous sur d’autres sites est aussi possible pour les futures missions
.

MADHER TIBERGUENT

L’essentiel du programme porte sur des démarches administratives ou de contacts locaux ou encore de relevé de situation en vue de l’élaboration des programmes 2015-2016-2017, qu’ils faut dès maintenant préparés et construire compte tenu des difficultés croissante à mobiliser les budgets nécessaires et des délais de réponses des différents échelons de l’administration Mauritanienne (quand nous avons une réponse).