MISSION 2014

2014 en images

 

2014 : 2 missions

Effectuer les dernières finitions sur le complexe scolaire de Madher Tiberguent.

Clarifier la situation sur Zarga et lancer le programme du poste de santé.

Mettre en œuvre le projet sur Agassar : réfection d’un bâtiment de l’école, possibilité de sanitaires, aménagement d’un bâtiment existant pour permettre à l’agent de santé de recevoir le public.

Evaluation des besoins sur le village de Téménérout.

1 ere mission 2014 : Préparation des futurs programmes :

Finaliser le dossier d’inscription du jeune Ahmed auprès de l’ONG « la chaine de l’espoir » en vue d’une opération. Dans la dernière ligne droite, certains éléments de la famille s’opposeront à l’intervention chirurgicale Ahmed gardera son handicap son Papa n’ayant pas eu le courage de braver les difficultés.

Madher Tiberguent :

Terminer l’habillage extérieur du bâtiment principal : crépis et poteaux de pierres. Le travail de Djah, le maçon, est de qualité.

Si nous arrivons à dégager des marges budgétaires, il sera possible de faire la même chose pour la bibliothèque.

Zarga :

Malgré de nombreuses relances auprès de la DRASS et les déclarations d’intentions favorables du Wali, rien ne se concrétise côté administration jusqu’à un courrier adressé aux différentes parties et au Ministère de la Santé en mars 2014. La nomination d’un nouveau DRAS auquel l’ONG écrit début juin 2014 permet enfin un entretien franc et constructif.

Le Directeur Régional attentif aux arguments exposés signe l’autorisation de travaux le 30 juin.

Téménérout :

Les autirités régionales et préfectorales sollicitent l’ONG Medrassa du désert pour évaluer les possibilités de créer un point de santé sur ce territoire excentré sujet à de fortes tensions sanitaires après l’hivernage.

Nous emmenons le chef du village Mohamed Salem Sidi Abdallah et trois notables locaux depuis El Meddah, avec nos moyens de transport jusqu’à Téménérout,. Il n’y a aucun bâtiment en bon état susceptible d’accueillir le point sanitaire. Au cœur du village, à environ 200 mètres de l’école, un bâtiment répond à notre besoin mais un mur et le toit sont tombés, le reste du bâtiment est très fragilisé. Il faut construire “du neuf“ en utilisant les matériaux de cette « ruine“.

Philippe rédige une lettre de demande destinée aux autorités. Les responsables du village, sous couvert du maire d’El Meddah (commune de rattachement), doivent obtenir les autorisations des administrations départementales et régionales. Maloum, notre délégué est en charge du suivi de cette demande aux différents échelons décisionnels.

Agassar :

–           Enrichir la connaissance et les relations avec les habitants d’Agassar d’El Meddah et affiner le projet 2015 sur ce village : réfection d’un bâtiment de l’école, possibilité de sanitaires, aménagement d’un bâtiment existant pour permettre à l’agent de santé de recevoir le public.

C’était aussi l’occasion de livrer l’aide promise à certaines associations ou coopératives qui en avaient fait la demande : machine à coudre et pompe à eau.

La demande en matière de soins de base (pansements, médicaments, etc.) est très forte pour des personnes venues parfois de loin. Cette situation est anormale compte tenu du fait qu’il existe un dispensaire à El Meddah et des assistants de soins dans les villages. Le prix des médicaments que les patients doivent payer est le frein principal à l’utilisation des points sanitaires, alors que ces médicaments sortent des cartons « UNICEF » donc sont gratuits.

 

Maloum, le délégué de l’Adrar, avait reçu consigne d’aller sur place mobiliser le village avant le début de la mission afin de cerner les dernières difficultés éventuelles et d’évaluer d’autres solutions avec les responsables du village dans la continuité des conversations engagées en janvier. Il emmène avec lui le maçon attitré de l’ONG. L’expérience de Madher Tiberguent impose d’être prudent et intransigeant sur certains points. Le compte rendu qu’il fera au Président permet d’envisager l’engagement du budget, après une visite sur le terrain lors de la mission

Le festival des villes anciennes se déroulant à partir du 4 janvier, nous en avons profité pour faire de belles emplettes d’artisanat local qui seront proposées à la vente sur les stands au cours de l’année. La directrice de l’Office du tourisme national a souhaité que notre ONG soit présente à ses côtés durant la visite du Président de la République de Mauritanie qui a inauguré cette manifestation. Après une brève présentation, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a posé quelques questions à notre président (d’ONG seulement) concernant l’activité et les secteurs d’interventions, nous remerciant de notre apport aux efforts de redressement du Pays.

A partir du 5 janvier, une évaluation du stock et surtout de son état est faite. Les conditions de travail sont devenues très contraignantes et difficilement supportables (chaleur, poussière, manque de place, etc..) dans cette case construite en 2010 que les intempéries et surtout le vent a considérablement détériorée. L’achat quasi annuel de bâche pour limiter les infiltrations de pluies n’ont pas empêchées les termites d’envahir certains cartons, en particulier de livres